Mes fictions à ne pas reproduire chez soi sans préservatifs...

Mes fictions à ne pas reproduire chez soi sans préservatifs...

18 juin 2018

Nico chez Nike

Chez Nike, les vendeurs sont aussi sexy que les mannequins. Grands, noirs, musclés et moulés dans du lycra.
En cas de désespérance, Nico peut passer des journées entières dans une boutique Nike. Il tourne des heures dans les rayons, prends plein de trucs à essayer, hésite, traîne et, surtout, mate.
Ils sont classes les mecs, presque désabusés et en même temps super serviables. Des colosses qui pourraient être sympas...
En même temps, avec son physique, Nico est potentiellement un bon plan pour eux, un vrai client, un mec avec qui on pourra discuter masse, style et technique.

Ce que Nico préfère, c'est les boutiques qui viennent d'ouvrir. Ils y mettent toujours leurs vendeurs les plus canons.

Pour lire la suite, ...
Cliquer ICI

17 déc. 2017

Sur l'autoroute...

Un jour, je fais du stop pour me rendre dans la région de Tours. Une voiture italienne rouge au cheval cabré s'arrête à ma hauteur. La vitre électrique coté passager se baisse. Le jeune conducteur me demande ma destination. Je lui réponds que je vais rendre visite à un couple d'amis dans le pays tourangeau. Il me dit alors de monter.

J'ouvre la porte et entre. Je m’assois confortablement dans le siège de forme « baquet » et boucle ma ceinture. Nous reprenons la route. Le conducteur est un jeune cadre d’une start-up dans la région bordelaise. Il est roux, grand, aux yeux marron clair, la petite trentaine. Il porte une chemise blanche et un pantalon de toile.

En route, nous échangeons quelques banalités et nos prénoms. Il s'appelle Samuel. Je lui demande s'il utilise souvent cette nationale. Il me répond qu'il la prend tous les lundis et les vendredis.

Après une dizaine de kilomètres sur une route nationale un peu ennuyeuse, Samuel décide prendre l'autoroute. Il n'y paraît pas comme ça, ce type de voiture, ça a besoin de libérer ses chevaux. À peine fait quelques kilomètres sur cette autoroute, il appuie un peu plus sur le champignon. Je me sens collé au siège passager. Bien caché, un motard de la gendarmerie autoroutière fait un contrôle de vitesse avec un radar Laser dernier cri. Évidemment, le motard enfourche sa moto pour une interception en règle. La poursuite est très brève. La moto se porte sur la file de gauche à notre hauteur et fait signe de le suivre à la prochaine aire de service pour rétablir le procès-verbal.

À la sortie, le parking est désert. Le motard descend de son engin motorisé et sérigraphié. Le motard est moyen grand, des pecs bien formés, des cuisses un peu épaisses, des poils qui sortaient de la chemise bleue, un pantalon de moto bien moulant de partout. Samuel ne remarque pas le physique avantageux du militaire. Mais moi, en temps que passager, si. J'ai remarqué que le gendarme a un entre-jambes d'une taille peu commune. Je me demande même comment il peut faire de la moto avec « ça ».

Samuel baisse sa vitre. Le militaire salue de la main et s'annonce appartenir à la Brigade autoroutière et qu'il a relevé une vitesse bien excessive sur cette portion d'autoroute. Il demande alors de couper le contact, de mettre la clé sur le tableau de bord près du pare-brise, de présenter les papiers du véhicule ainsi que son permis de conduire. Samuel s’exécute sans broncher. Samuel sait que les motards de la gendarmerie ne sont pas tendres avec les contrevenants au Code de la Route. Samuel se penche afin d'ouvrir le compartiment devant moi où se trouvent ses papiers. En tendant ses papiers au gendarme, il lui demande s'il existe un moyen pour qu'il ne prenne pas tous ses points, qu'il est prêt à tout faire pour éviter le retrait de points. Le gendarme lui demande de répéter et de confirmer s'il est vraiment prêt à tout faire pour ses points. Samuel confirme franchement par un OUI.

C'est alors que le militaire dégrafe la boucle de sa ceinture, se déboutonne son pantalon et sort son sexe épais de son pantalon. Samuel, toujours assis dans sa petite italienne rouge, a maintenant l'attribut viril du gendarme sous son nez. Samuel dé-clique sa ceinture de sécurité et s'avance un peu. Il essaie d'ouvrir grand la bouche, afin de donner satisfaction au militaire.

Je remarque que Samuel n'est pas vraiment un novice en la matière. Il s'applique si bien que le motard pousse un peu plus fort son sexe épais et poilu au fond de la gorge de Samuel.

Ayant le sexe du motard en bouche, Samuel produit davantage de salive.

Après plusieurs minutes, le motard jouit dans la bouche experte de Samuel. À la dernière goutte, le militaire passe sous le cou de Samuel pour l'obliger à avaler tout le jus.

Le motard se retire de la bouche et dit qu'il passe l'éponge sur le retrait de points mais qu'il retient la grande vitesse. Il recevra quand même l'avis de contravention minorée par courrier. Le militaire remonte en moto et repart vers son point de contrôle pour attraper d'autres chauffards de la route.

Je vois Samuel tout gêné avec sa main cachant une belle bosse dans son pantalon de toile. Aussitôt, je propose gentiment d'arranger ça. Il accepte. Il défait son bouton de braguette et sort son sexe épilé. Je détache ma ceinture de sécurité et me penche vers le bas-ventre de mon rouquin. Le levier de vitesses entre les deux sièges rend la scène pas très confortable. Je réussis malgré cet obstacle à m'occuper de la belle érection de Samuel. Il est aux anges. Au bout de quelques minutes, il expulse une très belle dose de son bon sperme au goût doux-amer dans ma bouche.

J'avale et j'essuie les lèvres d'un revers de manche. Samuel remballe son matériel.

Samuel reprend la clé sur le tableau de bord, la glisse dans la serrure du démarreur et tourne la clé. Nous reprenons la route.

Le pays tourangeau approchant, Samuel fouille dans sa poche de chemise et en sort une carte de visite qu'il me tend. Il me dit qu'il est disponible pour mon chemin de retour. Il sort de l'autoroute et me dépose sur le parking d'un hypermarché de Tours. Samuel et moi, nous serrons les mains.

Samuel remet les gaz pour reprendre le grand ruban jusqu'à Bordeaux.

J'appelle le couple d'amis pour leur dire où je me trouve afin de m'expliquer comment les rejoindre. C'est Antoine qui décroche et qui me dit qu'il sera là dans un bon quart d'heure. Je lui réponds que je ne bouge pas et que je l'attends.


À SUIVRE...

1 déc. 2017

Nico en voyage

Nico est à Madrid, chez Federico, pour le week-end. Ca fait plusieurs semaines que c'est prévu. En fait, depuis qu'il a croisé ce mannequin Espagnol à une fête à Paris. Federico repartait défiler ailleurs le soir même, et l'histoire n'avait pas été plus loin que l'échange de regards et d'adresses mail.

Mais Nico n'est pas du genre virtuel et Federico toujours en voyage.
Bref, ils avaient fini par trouver 2 jours où il était chez lui et l'avait invité à venir.

Pour lire la suite, ... cliquez ICI

26 juin 2017

Séjour privé

J'avais commandé un séjour privé "Détente-Relaxation" avec Guillaume. J'arrive par le train. Guillaume est venu me chercher à la gare. Il m'attend à côté de son cabriolet rouge. Il est exactement comme sur les photos de son site. Brun, une barbe de trois jours, naturellement bronzé au soleil du sud. Il porte un débardeur en maille d'abeille qui lui moule bien les pecs et un short Nike flottant.

Après une bonne demi-heure de route, nous arrivons dans une belle et grande villa, pour nous deux seuls.

La propriété est bordée de haies bien hautes, envahie seulement par le chant des grillons. C'est la fin d'après-midi. Il fait encore bien chaud et sec. Dans un coin du terrain, se trouve une piscine.

Je décide seul de me déshabiller entièrement et de sauter dans la piscine. J'invite Guillaume à me rejoindre. Il se met à poil. Il est entièrement bronzé, sauf la marque du maillot de bain qui lui dessine parfaitement les fesses.

Dans l’eau, nous nous amusons un peu. Il est bien meilleur nageur que moi. Je le vois traverser toute la longueur de la piscine sous l’eau, ses fesses blanches brillant sous le soleil. En revenant vers moi, il sort la tête de l’eau en la secouant pour écarter ses cheveux, comme un chien.

Puis, nous sortons de l'eau. J'attrape la grande serviette préparée et pliée là sur une chaise.

J’essuie Guillaume avec attention. Je commence par les épaules et le dos. Je sens sous le coton qu’il se crispe un peu, mais il se laisse faire. Il est raisonnablement musclé avec le dos bien en V, sans être exagéré. La natation sans doute. Je descends ensuite vers le bas du dos et je sens le creux de ses reins au-dessus de ses fesses rebondies. Le vélo sans doute !

Puis je passe devant lui et plaque la serviette sur ses pecs. Là aussi, ils sont larges et rebondis mais pas trop. Il a les tétons durs sous le coton. Puis, mes doigts passent sur ses abdos. Il a le ventre hyper sec. La nourriture saine !

Je m’accroupis pour lui essuyer les cuisses, puis les mollets. Je n'oublie aucun cm carré de son corps !

Je remonte lentement en haut des cuisses et recouvre son sexe avec la serviette. Je passe dessus une main rapide avant de m’attarder sur le pubis poilu. Puis, je reviens sur sa queue et j’essuie ses couilles et la soulevant un peu, toujours avec la serviette.

Ça a pour effet de lui faire affluer le sang vers cette partie intime de son anatomie. Ce que je vois en repassant la serviette sur ses jambes. Devant mon nez, son sexe a commencé à gonfler et le bout de son gland apparaît entre son prépuce.

Un peu gêné, Guillaume s’excuse pour ce « petit désagrément ». Mais il ne bouge pas. Je lui dis de me faire confiance et il me laisse faire.

Toujours à genoux devant lui, j'ouvre suffisamment grand la bouche pour que mes lèvres enveloppent les contours de son sexe, en entier.

Puis, je passe ma langue sur son gland après l’avoir décalotté. Guillaume soupire d'aise. Sa queue, qui avait l’air normale au repos, me remplit maintenant toute la bouche et j’ai du mal à l’avaler en entier sans m’étouffer. Ma salive le lubrifie. Je le branle gentiment tout en titillant son gland avec ma langue. En quelques minutes, il s'aperçoit que de se faire faire une gâterie par un homme n'est pas si mauvais que ça.

Je continue. Je m'applique. Je monte, je descends, tout en le branlant d’une main. Et, au bout d'un moment, je le sens se raidir à fond. Les soubresauts de sa bite me disent qu’il est rapidement sur le point de jouir. Je retire ma main et laissent mes lèvres masser sa tige.

Je le regarde dans les yeux en lui faisant comprendre qu'il peut tout lâcher, de ne pas se retenir. En un instant, il m'inonde la bouche de son abondant jus protéiné.

Je garde quelques secondes encore, histoire de récupérer les dernières gouttes, et j’avale tout. Je me retire doucement et me relève.

Je retourne dans la piscine, sans un mot, pour une dizaine de minutes encore, avant de passer à table pour un petit repas équilibré dont Guillaume a le secret.

12 juin 2017

Alex et Léo dans le couloir

Léo est torse nu. Il sort de la douche en portant sa serviette autour de la taille. Alex est vêtu de son survêtement se rend aux toilettes, se trouvant au bout du couloir. Ce couloir n'est pas hyper large.

Léo et Alex se frottent accidentellement. La serviette de Léo tombe en frôlant le survêt d'Alex.

Se sentant désiré, Léo ne se presse pas pour ramasser sa serviette. Il en profite même pour cambrer un peu les reins. Léo fait de petits mouvements circulaires en se frottant à Alex qui commence sérieusement à bander.

Léo se retourne, pousse Alex contre le mur se met à genoux devant lui. Il baisse l'élastique du survêt d'Alex. Léo libère alors le sexe durci par l'excitation. Léo ouvre alors sa bouche pour pratiquer une fellation avec fougue, juste assez pour « humidifier » de salive le sexe d'Alex et le finir de se mettre en forme.

Léo se retourne une nouvelle fois pour offrir son anus glabre à Alex. Léo saisit lui-même le sexe d'Alex pour se le coller là où il faut. Léo s'enfile la belle et grosse tige qui s'offre à lui. C’est également lui qui contrôle les mouvements de va-et-vient.

Cette scène est si soudaine qu'Alex laisse Léo se donner du plaisir anal et prostatique.

Après quelques mouvements, Léo sent que Alex est sur le point de jouir. Il s'empale à fond sur la bite pour se faire inséminer.

Les deux corps restent "connectés" jusqu'au bout de la jouissance. Puis, les deux parties se "déconnectent".

Léo remet la serviette autour de sa taille. Il embrasse par surprise Alex sur la bouche. Chacun repartent le sourire aux lèvres vers leurs appartements respectifs.

10 mai 2017

Brent & Justin

Justin, un jeune chanteur pour minettes en chaleur, se prend bide sur bide avec les filles. Il se résigne alors d'expérimenter le sexe entre garçons. Il se décide alors de se connecter alors sur un site porno gay (brenteverett.com) pour correspondre avec Brent Everett. Justin lui envoie un mail, comme ça, « pour voir ».

Le jour d'après, Justin se connecte à sa boite mail et ouvre sa boite de réception. Il découvre qu'il a une réponse à peine enflammée de la part de Brent qui lui demande alors de le rejoindre à une adresse à Vancouver.

Justin s'y rend dans la journée. Il arrive chez Brent qui lui ouvre la porte en string. Steve (le mari de Brent) s'est absenté pour la journée jusqu'à très tard chez ses potes. Brent fait entrer Justin et le met à l'aise.

Brent lui demande s'il veut boire quelque chose. Justin lui répond : « un lait fraise ». Finalement, Brent lui rapporte une bière.

Brent et Justin s'installent sur le canapé et se mettent à bavarder. Justin, un petit peu déprimé, explique à Brent qu'il n'arrive jamais à conclure avec les filles. Il ajoute aussi qu'il a une crainte d'aimer le sexe entre mecs et que ça lui fait peur.

Brent rassure Justin. Brent prend alors les choses en main et détend Justin à peine angoissé à ce qu'il pourrait lui arriver.

Brent fait asseoir Justin sur un siège à dossier inclinable, puis demande à Justin s'il veut bien enlever son T-shirt. Justin enlève son haut. Brent se met à masser les épaules. Plus le rendez-vous dure, plus Justin stresse. Brent le rassure. Brent descend son massage vers les pecs de Justin. Brent demande alors à Justin de fermer les yeux et de respirer profondément et lentement. Justin avait la respiration rapide dû à l'inquiétude et à l'angoisse du moment.

Brent est arrêté dans son élan par le jean de Justin. Brent demande alors s'il peut enlever son jean et son boxer pour se mettre à l'aise. Justin déboutonne son jean délavé et le descend jusqu'aux chevilles. Brent l'encourage à aller plus loin et d'enlever son boxer imprimé « Mickey Mouse ». Brent rit en voyant le motif et enquille aussi sec de ne pas faire sa mijaurée, qu'il en a vu bien d'autres. Acculé, Justin s’exécute et baisse son boxer aux chevilles.

Brent passe maintenant sa main sur le pubis blond et poilu de Justin, qui se laisse faire. Après l'étape de l'inquiétude, vient une étape de zénitude pas complètement installée. Brent se place à présent devant Justin et lui fait écarter les jambes suffisamment pour se placer entre.

Brent se met à genoux entre les jambes de Justin. Sans brusquer les choses, Brent prend doucement le sexe de Justin entre ses doigts. Détendu, Justin ne dit rien. Brent prend à pleine main et fait coulisser en serrant légèrement pour faire durcir le membre.

Ce sexe durcit jusqu'à atteindre une taille très acceptable aux yeux et … aux lèvres pulpeuses de Brent.

Brent sent que Justin est complètement réceptif à recevoir sa première fellation par un mec. Alors, il s'approche doucement, sort sa langue pour effleurer le gland.

Brent fait tourner sa langue sur le pourtour du gland et, sans attendre, Brent enveloppe ce gland avec sa bouche. Il s'immobilise un instant, puis il descend le long jusqu'à avaler la bite de Justin. Brent remonte sans lâcher et repasse sa langue sur le gland.

Brent continue à monter-descendre sa bouche sur Justin en accélérant progressivement. De sa main, Brent soupèse les couilles de Justin.

Au bout de longues minutes, Brent Justin est au bord de l'explosion jouissive. Brent ne s'arrête pas et continue jusqu'à sentir venir la sève sur sa langue.

Brent se retire de Justin et avale la douce et abondante crème de vie. Il demande alors à Justin comme il se sent maintenant. Justin répond qu'il se sent beaucoup mieux qu'il ne l'était en arrivant tout à l'heure. Cette sensation de plaisir lui était inconnue et indescriptible.

Brent offre la possibilité à Justin de lui renvoyer un mail si d'autres questions lui viennent.

Justin se rhabille et repart chez lui. En chemin, Justin reconnaît quand même que ce n'est pas si désagréable que ça, ce qu'il vient de se passer avec Brent.

2 janv. 2017

Nico à l'opéra

Nico et Luis sont à la salle. Comme d'habitude, ils passent plus de temps à discuter qu'à se muscler... au grand désespoir de Luis !
Nico vient de faire sa série de cuisses mais ne laisse pas la place à Luis - il sait qu'il déteste les cuisses ! Allongé, les jambes écartées, il lève les yeux vers son pote appuyé sur la machine. Ses belles épaules rondes se relèvent contre ses oreilles, ses énormes biceps sont larges comme des pamplemousses même au repos comme ça.

Bien sûr il se souvient !
Un soir à l'opéra, il est en fond de loge. Comme d'habitude, il est arrivé en retard, juste au moment du levé de rideau. La salle est déjà plongée dans le noir. Il prend la dernière chaise en essayant de faire le moins de bruit possible, l'ouverture a commencée.
Mais bien vite, il comprend qu'il va avoir le problème des fonds de loge !
Le mec devant lui va lui boucher toute la scène. C'est pas que se soit un géant, mais il a le dos le plus large que Nico ait jamais vu ! Ses épaules débordent de chaque côté de sa petite chaise et occupent tout son champ de vision.

Le rideau se lève et d'un coup, la salle est illuminée. Le mec porte une chemise blanche à fines rayures. Il les voit souligner toutes les courbes de ses trapèzes, s'enrouler autour des épaules et des biceps comme des lianes. Le tissu est tendu sur toute la silhouette du mec qui reste immobile, concentré.
Comme prévu, Nico ne voit rien de la scène, à part les cintres ! Au moins, il profitera de la musique se dit-il d'abord. Bizarrement, il n'essaye pas de demander à son voisin de ses décaler un peu.


Pour lire la suite, ... c'est ICI

14 nov. 2016

Nico seul

Nico est seul. Il est chez lui. C'est la nuit. Il est allongé sur son canapé. Il a encore le goût de Greg dans la bouche.
Il est nase mais incapable de dormir. Il n'a même pas essayé, pas la peine. Dès qu'il ferme les yeux, il voit des pecs blonds, des lèvres humides, un cul serré dans un kaki, un biceps gonflé, une bite juteuse, des yeux bleus, des fesses striées par les muscles sous la peau, la ceinture d'un boxer fuchsia...


13 juin 2016

Nico au canal

Nico est le long du canal. C'est un début de soirée de printemps. Il n'a toujours pas eu de nouvelles de son bodybuildeur de la semaine dernière. Il ne sait toujours pas son nom, juste son numéro.

Sur le quai, les bars débordent de mecs et de filles en cours d'alcoolisation... Tous suivent un match sur des écrans. Tous réagissent au même moment et Nico suit malgré lui d'un groupe à l'autre l'évolution du score.

Il a eu beau essayé, mais le foot ça l'emmerde. Même les gays s'y sont mis et pour faire plaisir, il a suivi des potes dans un bar un soir... Quel calvaire ! Il se disait que voir des mecs courir en short pouvait avoir un intérêt... Mais ils sont tellement minces, tellement apprêtés... Si seulement la gym avait le même succès... La ville serait tellement plus sexy !



24 mai 2016

Dans les escaliers

Rémy sort de chez lui pour aller chercher une baguette de pain à la boulangerie du coin. Il revient au bout d'un bon quart d'heure et s’aperçoit en fouillant dans sa poche qu'il a oublié ses clés à l'intérieur. Il peste et jure en gueulant des gros mots assez fort pour que Alex l'entende de chez lui. Alex sort sur le pallier. Il voit Rémy assis en bas de l'escalier. Alex s'approche de Rémy et lui passe le bras autour de son cou, lui demande alors à Rémy ce qu'il se passe. Rémy lui raconte qu'il a oublié ses clés à l'intérieur en allant chercher le pain. Alex le rassure que ce n'est pas bien méchant. Alex lui demande si quelqu'un d'autre possède un autre exemplaire des clés. Rémy lui répond que Léo a les siennes, et qu'il ne revient que dans deux heures. Alex teste Rémy s'il est "réceptif" à un petit moment entre hommes, ici, dans l'escalier.

Le reste de la maison semble être très silencieuse.

Alex pose alors une main sur le genou de Rémy. Il lui caresse la cuisse. Rémy ne bouge pas. Alex décide alors de passer au cran supérieur. Alex pose sa main sur la bosse de Rémy sous le jean serré. Alex sent que Rémy est en train de bander. Alex défait le bouton et dézippe le jean de Rémy. Alex s'aperçoit que Rémy ne porte pas de sous-vêtement. C'est alors que le sexe de Rémy surgit tel un diablotin hors de sa boîte.

Alex prend l'initiative de saisir l'engin imberbe. De sa main restée libre, il commence à un mouvement de bas et en haut et inversement sur cette bite dressante.

Avec une grosse envie, Alex se mouille les lèvres avec sa langue, enlève son bras du cou, se penche et ouvre la bouche. Alex fait entrer ce gland dans sa bouche et referme. Il passe sa langue sous ce langue, là, où l'endroit est très sensible. Rémy ferme les yeux de plaisir.

Alex referme un peu la bouche, commence son va-et-vient. Rémy se sent monter au 3ème ciel. Il écarte ses cuisses pour qu'Alex puisse se mettre à genoux. Rémy se met à douter de la douce sensation que peut procurer une fellation faite par un autre mec, Rémy, un hétéro fidèle à sa copine.

Alex continue de sucer Rémy. Au bout d'une bonne demie-heure, Rémy est sur le point d'atteindre le 7ème ciel et ce point de non-retour.

Rémy gicle son sperme délicieux dans la bouche experte d'Alex.

Alex s'applique à ne pas laisser de traces suspectes.

Il en a fallu de très peu que l'infidélité de Rémy soit découverte par son frère Léo. Il arrive juste au moment que Rémy remet son jean que Léo passe la porte d'entrée de cette maison. Léo demande pourquoi Rémy est sur le palier. Alex répond que Rémy a accidentellement oublié de prendre ses clés de l'appartement en allant chercher le pain et qu'il a claqué la porte.

Léo et Rémy remontent à l'appartement ensemble. En grimpant les marches, Rémy se retourne et fait un clin d’œil discret mais efficace à Alex. Alex se dit en lui-même que Rémy n'a pas oublié ses clés accidentellement et qu'il a dû le faire exprès d'oublier son trousseau. Pour Alex, ce clin d’œil semble dire quelque chose.