Mes fictions à ne pas reproduire chez soi sans préservatifs...

Mes fictions à ne pas reproduire chez soi sans préservatifs...

4 févr. 2013

Louka et Samir

Louka vit seul avec son père dans un pavillon tout proche de la banlieue. Marek est loin de penser que Louka était différent. Louka aime les garçons. Marek se doute un petit peu parce que Louka ne ramène jamais de filles à la maison.

Louka a vingt-cinq ans. Il est grand, cheveux courts bruns, et sportif.

Un soir, Louka est rentré plus tôt que son père. Louka s’installe devant son ordinateur personnel dans sa chambre à l’étage. Louka est en train de regarder un film porno gay avec des garçons arabes bien chauds et bien excités. Louka a le slip et le jean sur les chevilles. Il se masturbe allègrement. Il a le casque sur les oreilles. La maison peut s’écrouler autour de lui, il est très affairé devant son écran.

Marek rentre de ses huit heures harassantes de travail. Marek appelle Louka du bas de l’escalier. Il est l’heure du dîner. Louka ne répond pas. Marek réitère son appel un peu plus tard mais Louka ne répond toujours pas. Un peu fatigué d’appeler Louka, Marek monte l’escalier et se dirige vers la chambre de Louka.

Marek ouvre la porte de la chambre et il découvre Louka dans une situation très embarrassante. Louka sursaute quand il voit Marek entrer. Marek comprend maintenant pourquoi Louka ne répond pas aux appels pour le dîner.

Marek s'approche de l’écran et voyait des arabes bien foutus et bien excités en train de s'occuper d'un petit blanc au cul gourmand. Marek attrape Louka par le bras, le fait pencher en avant et se met à lui donner plein de fessées, si fortes que les fesses de Louka en deviennent rouges et endolories.

Marek fait relever Louka et l’incite à s’aérer la tête dehors et de revenir quand il a les idées claires. Louka se rhabille, prend son blouson et franchit la porte d’entrée. Il va vers la cité HLM voisine. Il reste debout appuyé contre un mur puisqu’il ne peut pas s’asseoir sur un banc ou une chaise. Louka sait que des maghrébins y vivent. Il attend un long moment jusqu’à ce qu’un jeune rebeu au look racaille sorte d’une cage d’immeuble pour prendre l’air. Ce rebeu voit Louka traîner dans la cité pour la première fois. Ce jeune mec voit que Louka est mal. Il se tortille du derrière et ça intrigue ce rebeu. Le rebeu a vingt-deux ans, un mètre quatre-vingt, brun aux cheveux courts, vêtu d’un survêt’ aux trois bandes latérales sur un boxer moulant dont la ceinture élastique dépasse largement du survêt’, porte sa casquette à l’envers. Ce mec s’approche de Louka et lui demande ce qu’il fait par là.

Louka se sent très rapidement en confiance et raconte ce que son père lui a fait. Le rebeu le questionne Louka pourquoi son père lui a fait subir un tel châtiment à son age. Louka déballe toute l’histoire. Il demande au rebeu s’il peut l’aider à calmer cette gênante douleur à son cul. Le rebeu connait un remède pour calmer ces douleurs si spécifiques. Il regarde Louka avec compatissance dans les yeux et lui propose de le suivre dans un endroit plus tranquille. Louka ne peut pas refuser cette alléchante offre.

Louka suit ce rebeu de pas trop près mais suffisamment pour voir à quel endroit il va. L’homosexualité du rebeu est connue seulement de quelques uns de ses semblables. Léo voit disparaître le rebeu dans une porte vers un couloir de caves. Le rebeu s'assure que Louka le suit dans ce couloir.

Arrivé devant une porte de cave, le rebeu fouille dans ses poches pour en sortir une clé d'un lourd cadenas métallique. La porte est pleine contrairement aux autres qui sont ajourées. Louka arrive du rebeu qui commence à être échauffé. On peut voir une bosse dans le pantalon de survêtement. Il ne porte pas de sous-vêtement. Le rebeu passe la porte, allume la lumière et entre avec Louka. Dans cette pièce, se trouve un banquette clic-clac un peu usée, un vieux siège de BMW usé mais encore confortable, et une petite table sur laquelle sont posées quelques canettes en alu de couleur rouge et blanche d'une boisson pétillante d'une marque bien connue. Le rebeu enlève ses vêtements et va s'asseoir sur le clic-clac. Il dit à Louka de se mettre à l’aise. Louka enlève aussitôt son blouson, son jean, son slip, et sa chemise. Louka est maintenant tout nu devant ce rebeu. Le rebeu ne peut que confirmer la rougeur des fesses de Louka. Louka demande alors quel est ce remède miracle pour calmer ces rougeurs. Louka renchérit en disant qu’il est prêt à faire n’importe quoi que le rebeu lui dit de faire. Le maghrébin lui répond alors qu’il faut procéder à une préparation spécifique. Il faut qu’il lui suce son sexe pour le rendre aussi dur que de l’ébène. Louka s’exécute. Au fond de lui, il n’attend qu’un rebeu bien chaud lui propose la botte. Louka s’approche encore plus près. Le souffle chaud de Louka sur le gland du rebeu excite encore plus. Il prend la nuque de Louka et l’encourage à le prendre plus profond dans sa gorge. Le rebeu demande à Louka s’il aime sucer la bite circoncise qu’il a dans la bouche. Louka marmonne puisqu’il a la bouche pleine. Louka s’applique si bien que la bite du rebeu est reluisante de salive. Le rebeu caresse les fesses encore endolories de Louka, puis doucement, il lui dépose un doigt humidifié d’une bonne dose de sa salive et l’étale doucement sur le trou de Louka. Il introduit un, puis deux doigts dans l’intimité imberbe de Louka. Louka soupire de plaisir. Il aime ce que ce rebeu lui fait. Il faut dire que ce rebeu est un pro de la préparation anale en vue d’une besogne en règle.

Au bout de plusieurs minutes, Louka, toujours à l’ouvrage sur le pieu du rebeu, lève les yeux et fait comprendre qu’il se sent enfin prêt. Louka se met à genoux, sur l’assise du siège BMW, en écartant les jambes. Le rebeu se leve de la banquette et rejoint Louka. Il pointe son dard et s’enfonce très facilement sans faire du mal à Louka. Le rebeu commence à aller et venir dans ce trou. Il se sent bien dedans. Il accélère progressivement la cadence et l’intensité du pilonnage. Après plusieurs délicieuses et longues minutes, le rebeu ne pouvant plus se retenir, se retire rapidement et explose toute sa crème chaude et sur les fesses rougies de Louka. Une fois le geyser fini, le rebeu étale cette crème sur toute la surface rougie à l’aide de sa longue et grosse bite. Louka est soulagé de cette cuisante douleur que lui a infligée Marek. Louka embrasse longuement et tendrement le rebeu. Louka demande alors au rebeu son prénom. Le rebeu lui répond qu’il s’appelait Samir. Samir, donc, ajoute qu’il a beaucoup adoré enfoncer son pieu dans son petit cul imberbe et qu’il pourra revenir quand il le souhaite.

Louka et Samir se rhabillent ensemble et sortent de cette cave. Louka rentre chez lui.

Louka monte dans sa chambre, se branle en pensant à son nouvel ami dans la cité et s’endorme paisiblement.

Aucun commentaire: